Chapitre 6

Qu’as-tu fait en Galilée ?

CARTE DE LA GALILEE

La Galilée

L’APPEL DES PREMIERS DISCIPLES

Il est surprenant d’observer que Jésus, après son baptême, ne reste pas dans le désert, en compagnie de Jean au bord du Jourdain, ou chez les Esséniens à Sokoka (actuellement « Qumran »). Il ne va pas non plus à Jérusalem. Pourquoi ? Il est difficile de répondre à cette question. On peut penser que Jésus considère que sa mission est de servir, de faire connaître la présence de Dieu et son Royaume, la venue du Christ promis. Il veut aller vers les autres et non pas attendre que ceux-ci viennent à lui. C’est dans sa nature profonde de révéler la vraie nature de Dieu à travers sa parole, son exemple et ses actions de miséricorde. De plus, il est manifestement attiré en priorité par les pauvres, les opprimés, les « paumés ». Et il sait très bien qu’en Galilée ils sont nombreux, ils sont partout, un peu moins peut-être dans les deux villes de Sepphoris et de Tibériade. Il les a vus, les a fréquentés, en particulier dans son village, mais ce qui est étonnant c’est qu’il ne va pas retourner à Nazareth, tout au moins immédiatement, mais à Capharnaüm, un village de pécheurs sur le bord du lac de Tibériade. Pourquoi ? Revenons quelques instants près du Jourdain. 

Le lendemain encore, Jean se trouvait là avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. » Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.

Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ?  » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ?  » Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).

André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ. André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

Le lendemain, Jésus décida de partir pour la Galilée. Il trouve Philippe, et lui dit : « Suis-moi. » Philippe était de Bethsaïde, le village d’André et de Pierre. Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ?  » Philippe répond : « Viens, et vois ». Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ?  » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! « 

Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de 

Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. (Jn 1,35-51)

Le lac de Tibériade

Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent. (Mt 4, 18-22)

Mosaïques dans l’église de Magdala. L’appel des premiers disciples

MAGDALA

Magdala était à l’époque de Jésus un des ports de pêche du lac de Tibériade. Beaucoup de pêcheurs des environs y venaient pour livrer le résultat de leur travail. Aujourd’hui, le site est de taille très réduite mais des découvertes archéologiques importantes y ont été faites lors des dernières décennies. J’ai beaucoup aimé marcher le long du lac en me disant que, s’il y avait quelque part un endroit où j’avais une réelle chance de mettre mes pas dans ceux de Jésus, c’était bien là.

Il n’est pas question pour moi d’en faire « un article de foi », certainement pas ! Mais il est impossible de rester insensible à l’idée que Jésus est passé là ou tout au moins très près de là, de penser que ses yeux ont vu le lac à peu près de la même façon que les miens, même chose pour ce qui concerne les collines environnantes. J’en ai passé des heures à balancer    du XXIème siècle au premier siècle, et inversement. Sentimentalement parlant, ce fut un des moments les plus forts de mon pèlerinage. C’est peut-être là que mon cartésianisme d’ingénieur a pris son plus gros coup de blues…

Combien de temps suis-je resté à contempler ces paysages ? A écouter le vent dans les arbres et dans les hautes herbes ? Je ressentais en direct ce que Jésus lui-même avait pu ressentir dans un tel endroit.

LE MONT DES BEATITUDES

Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :

Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.

Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. (Mt 5,1-12)

Sanctuaire au Mont des Béatitudes